Jimmy Milachon

Jimmy Milachon

Dr. Olivier Dufour Chirurgien orthopédiste le sauveur!

Le Docteur Dufour est celui qui a découvert et résolu le fameux problème de tout pilote le " Syndrome des loges"  et qui empèche de rouler à son meilleur niveau sur la durée d'une course. Les meilleurs pilotes mondiaux ont très régulièrement recourt à ses services (Vuillemin, Roncada, Demeester, Peterhansel, Pichon, Despres,etc...)

En plus d'étre un grand Docteur, Olivier est avant tout un passionné de moto et un bon pilote (champion de ligue et de france Vétéran)

 

 

"Stéphane Milachon pilote moto multicarte est descendu à Aix-en-Provence pour se faire opérer du syndrome des loges par le chirurgien préféré des pilotes moto français, le Docteur Olivier Dufour. "

 

 

 

 

Michel Gau et Cyril Despres sont des habitués du Docteur Dufour!

 

 

Christophe Pourcel également:

"Après la décevante blessure qui a mis un terme à sa saison lors de la finale du championnat Lites à Pala en Septembre, Christophe Pourcel a passé les 2 semaines suivantes à consulter différents spécialistes orthopédique et de l'épaule aux Usa et en Europe en compagnie de son Docteur Olivier Dufour."

 

Interview réalisé par Mister David Vuillemin!

Le Dr Dufour, le plus "motard" des chirurgiens, nous a accordé un peu de temps dans son agenda hyper-booké, pour répondre à mes questions. Dictaphone...

Olivier, peux tu te présenter…

Olivier Dufour, chirurgien des hôpitaux, chirurgien plutôt orienté sur les sportifs, notamment pour la FFM, la fédération de Taewondo, fédération française de la traumatologie du sport… Bref, j'ai été chirurgien à Paris et pour des raisons climatiques, je suis descendu dans le sud, à Aix en Provence.

Parle nous de ton parcours moto…

J'ai fait les championnats de ligue d'Ile de France, Normandie et Provence. J'ai aussi fait le Championnat de France vétérans, que j'ai d'ailleurs gagné en 1997. Je ne l'ai fait qu'une fois à cause d'une ambiance assez moyenne. J'ai aussi fait en 97 le Paris-Dakar en moto, que j'ai terminé à la 32ème place, et premier pilote sans assistance, avec une 600XR. J'ai d'ailleurs fait la première page de l'Equipe, "La Légende du Dakar" où je me fais rouler dessus par une voiture. Ce cliché a fait le tour du monde !



Tu roules toujours ?

Je ne roule plus beaucoup. J'étais aux USA il y a quelques années avec Pierrick Paget, Thierry Champoussin et Stéphan Demartis, où on a roulé et fait quelques courses locales. Sinon, dernièrement, j'ai fait un peu de reconnaissance en moto pour l'enduro de Patrick Feraud dit Maya, dans les dunes de Merzouga au Maroc avec mon 450CRF, ainsi que la reconnaissance de son trial au Maroc aussi. Dans mon garage, j'ai deux motos, une 450CRF et une Honda Montesa de trial.

D'où vient le syndrome des loges, tu en es un peu le précurseur au niveau des bras, non ?

Il y a 25 ans, je m'apercevais que beaucoup de monde avait mal au bras. Le syndrome de loges d'effort chronique a été décrit par les militaires en 1870 parce que c'était "marche ou crève" dans la légion étrangère, ils les faisaient marcher pendant des heures. Ils avaient des syndromes de loges au membres inférieurs. Quand tu marches beaucoup, des douleurs surgissent sur la crête tibiale au jambier antérieur. Les militaires commençaient à avoir un syndrome de loges aigu avec nécessité d'amputation. Ils ont trouvé cette symptomatologie, c'est à dire l'apport sanguin important, les muscles qui ont trop de pression dans les loges, l'enveloppe translucide qu'il y a sur le "bifteck", ça enferme les muscles et arrête le flux sanguin dans un effort prolongé. C'est ce qui amène les crampes, la tétanisation. J'ai vu qu'il y avait un problème dans le motocross avec les avant bras, car il y a très peu de sports, à part la moto, où l'effort est si prolongé avec des contractions sans repos. En tennis par exemple, Guillermo Vilas avait un avant bras énorme. Il n'avait pas de syndrome de loges d'effort chronique car il y a du repos entre les échanges. Tu n'as jamais 30 minutes non stop d'effort. T'as d'autres sports comme le jet ski, le canoë kayak, le kunga, et quelques fois la planche à voile, où l'effort est prolongé. Voyant ça quand j'étais à Paris, j'ai fait faire des tests de pression des avant bras à quelques pilotes, et je les ai opéré. Cela à bien fonctionné, notamment pour Fred Bolley, qui a été double Champion du Monde après. J'ai décrit tout cela dans la presse internationale, je suis allé aux USA, en Australie pour expliquer tout ça. Depuis 20 ans, beaucoup de pilotes du monde entier viennent se faire opérer. De rares fois, cela ne fonctionne pas, l'aponévrose se referme trop vite, c'est pour ça qu'il faut utiliser ces avant bras assez rapidement après l'opération…

Quelle prévention conseilles tu ?

Il ne faut pas faire de musculation des avant bras, comme l'exercice avec les poignées et les ressorts, car ça augmente le volume musculaire, et on a plus tendance à avoir ce syndrome de loges d'effort chronique.

Quel est ton avis sur les neck-braces ?

J'avais l'impression qu'au début, ils étaient un peu trop rigide, et qu'ils reportaient les énergies, comme les premières genouillères trop rigides cassaient le fémur ou le tibia. Intellectuellement, le tour de cou, c'est bien, mais il faudrait un système gonflable genre airbag sur les gros chocs, ou en mousse. Peut être que les nouveaux modèles sont moins rigides mais il faut qu'ils puissent se déformer un petit peu pour répartir le stress et les énergies.

Il y a de plus en plus de blessures graves dans notre sport. Quelles sont, selon toi, les solutions pour y remédier ?

Je pense que ça vient des obstacles artificiels sur nos terrains, et des sauts, souvent mal faits. A l'époque, c'était oldschool avec des montées, des descentes, il y avait des sauts beaucoup plus ronds. Maintenant, il y a des sauts plus raides, des réceptions aveugles. C'est très impressionnant pour les spectateurs avec les sauts et les obstacles comme en SX, et on voit beaucoup d'accrochages. Je pense que tu veux me faire dire que c'est à cause de la vitesse etc… Qu'est ce que tu en penses David ?

Non, pas du tout, je ne veux pas te faire dire quoi que ce soit, je demande juste ton avis en tant que chirurgien pratiquant le MX. Mon point de vue, c'est que les circuits ne sont plus adaptés aux performances des motos actuelles. Plus les motos vont vites et sont performantes, plus il faut s'attarder sur la sécurité des circuits. A l'époque avec des 125 2 temps asthmatiques, c'était moins dangereux. Avec des 450 d'origine maintenant, on arrive sur les obstacles avec beaucoup plus de vitesse, mais les circuits n'ont pas assez évolués. Fatalement, il y a quelque chose qui cloche, les circuits n'ont pas évolué aussi vite que les motos. Je pense que sur les terrains de MX, sans parler de SX qui est consacré à l'élite de notre sport, la vitesse moyenne et maximale sont trop élevées. Il faut ralentir les circuits, et les rendre plus techniques.

Je ne suis pas tout a fait d'accord avec toi… Je suis d'accord sur le fait que les motos soient plus performantes. Souvent dans les chutes, ce n'est pas tout le temps à cause du pilote. Il y a souvent des accrochages. Par exemple, Christophe Pourcel, il y a 2 ans, a percuté une moto d'un pilote qui était tombé devant lui dans un essai. C'était un saut géant, on ne voyait pas la réception, le commissaire n'était pas attentif, et il a atterri sur la moto. C'est un sport chaleureux mais pas assez professionnel en ce qui concerne la prévention des accidents, et la signalisation des chutes. J'ai vu beaucoup de chutes à cause un accident mal signalé. Je vois bien ce que tu veux me faire dire…

Non Olivier, je ne veux rien te faire dire ! Je demande juste ton avis tout simplement, après les avis divergent, il n'y a pas de soucis…

A mon niveau, je trouve que les terrains sont trop artificiels aujourd'hui avec beaucoup trop de sauts raides et dangereux, c'est là où je ne suis pas d'accord avec toi. Quand on a roulé ensemble à Goult il y a 10 ans, il n'y avait pas de sauts dangereux. Avec un "brélon" ou une moto performante, je ne vois pas où tu peux te blesser là-bas. Maintenant, tu vas sur des terrains où, pour moi, les appels sont monstrueux. Je trouve que les terrains de nos jours sont plus violents.



Tu as parlé de Christophe Pourcel, tu as été proche de lui après son accident. Sans rentrer dans les détails, es tu surpris qu'il soit revenu au niveau et de son parcours ?

Bien sûr que je suis surpris, et bien sûr que je suis content qu'il soit à nouveau Champion. D'ailleurs, tu fais bien de me poser cette question, il va falloir que je l'appelle. C'est incroyable, il est dans sa bulle, il ne pense qu'à devenir Champion, il ne s'est pas lamenté sur son sort. Le plus important dans l'être humain, c'est le cerveau. Il s'en est sorti car il a une force de caractère hors du commun. Au lieu de ressasser constamment que ce n'était pas de sa faute lors de son accident, il a dit que c'est comme ça, point. Il y a beaucoup de gens qui perdent de l'énergie à se lamenter. Il a avancé, et je trouve ça stupéfiant, bravo !

As tu eu une idole dans le monde de la moto, et pourquoi ?

Je n'ai pas de modèle. J'aime mieux les sports besogneux et les sports de glisse. J'admire plus les sports où le volume physique est plus important, comme le vélo ou le triathlon. Tu ne peux pas t'imposer dans ces sports et avoir des performances si tu ne fournis pas un travail colossal. Ce qui m'impressionne énormément, par exemple, au dernier GP à Mantova, Herlings et Roczen à 15 ans c'est le talent pur. Tu prends C. Pourcel ou Marvin Musquin, tu les vois torse nu, tu te dis, mais qu'est ce qu'ils font ? Ils ont un timing prodigieux en faisant les gestes parfaits au bon moment, je trouve ça impressionnant. Sinon, avoir des modèles, non… J'ai été aussi impressionné par Jean Claude Olivier dans un autre registre qui était très performant intellectuellement, et aussi bon pilote de tout terrain. On cherche souvent des modèles dans sa vie, mais il y a toujours un truc qui déplaît chez quelqu'un. Par exemple, tu prends JMB, c'est une légende, mais il n'était pas très accessible ni très ludique comme garçon quand il était pilote. Il a beaucoup changé et il est beaucoup plus sympa maintenant. Pour moi, il n'y a personne dans le monde de la moto qui ait tout pour être un modèle pour moi.

De quelle opération es tu le plus fier ?

Je n'aime ce terme "fier". Tout le monde utilise ce mot notamment les anglo-saxons. Je suis content de modifier la vie des gens. Ils viennent me voir avec des maux ou des problèmes de santé, qui parfois les gênent depuis longtemps, et c'est gratifiant de trouver les solutions. Ce n'est pas si facile, car tu "ouvres" la personne, tu trouves les solutions, et ça fonctionne. C'est gratifiant et je suis content. Être fier est la dimension au dessus, tu te dis que quelqu'un d'autres aurait pu le faire. Pourquoi les pilotes viennent me voir ? Parce que j'apporte une réponse adaptée à leur problème. Je connais un peu le milieu et les contraintes. Chaque cas est différent, et il y a une stratégie dans la réhabilitation d'une blessure par rapport au moment dans une saison. S'il reste 3 courses et que le pilote joue un titre ou une place dans un championnat, et qu'il vient de se faire une rupture des ligaments croisés, il y a une stratégie et la possibilité de finir ce championnat sans intervention chirurgicale. Je me souviens de Carmichael qui a gagné le MXdN sans croisés en Belgique.

Moi aussi j'ai été Champion de France Elite l'an dernier sans ligaments croisés antérieurs. hahaha

Tu vois mon grand… (rires). Je me mets à la place des pilotes pour leur donner la meilleure réponse adaptée.

Quelles sont tes passions à part le bistouri ?

Pas mal de sport en fait. J'essaye de faire beaucoup de kitesurf. C'est un sport qui est terrible. Tu as beaucoup de sensation sans trop de risques.. Tu fais des sauts géants et tu "atterris" dans l'eau. Je fais du squash, du tennis, de la planche à voile, du ski. D'une part, la chirurgie orthopédique demande d'être en bonne forme physique et de l'autre ça me plait d'être actif dans le sport.

Parle nous ton séjour aux USA avec Pierrick Paget…

Pour le MX, c'est le top. Les terrains sont très bien entretenus, c'est très professionnel. En Europe c'est bien, c'est familial, c'est chaleureux, mais aux USA, tu es plus perçu comme un client qu'il faut fidéliser avec la qualité de leurs terrains et de leurs services. C'est une autre dimension. Les sauts sont bien faits, il n'y a pas de poussière, pas de flaques, pas de cailloux. Je me suis régalé. J'ai aussi été étonné du fait qu'on puisse tout mettre dans un pickup sans se faire tout voler. Tu fais ça dans les Bouches du Rhône, tu es dépouillé en 5 minutes. Je n'aime pas trop le mode de vie des américains basé sur l'argent, mais il faut avouer que le fait qu'ils ne te jalousent pas car tu as une belle voiture, une belle maison ou des "jouets" est appréciable.



Bon… J'ai fini avec mes questions, mais tu peux rajouter quelque chose si tu veux…

J'aimerai revenir sur le GP de ce week-end, où 2 "minots" de 15 ans font 2 et 3ème… Je trouve ça ahurissant !

Tu parles physiologiquement ?

Non, pas du tout, je parle de talent !

Excuse moi de te couper, mais tu ne peux pas rouler 2 fois 40 minutes sur un terrain aussi éprouvant que Mantova, et ne pas être prêt physiquement. Le MX est un sport athlétique de nos jours où le talent est important, mais qu'a une petite partie. La question que je me pose, comment s'entraîner physiquement à 15 ans…

Comment est ce possible alors ?

Je pense qu'ils ont bouffé de la moto depuis le plus jeune âge et qu'ils font leur physique sur la moto, et non dans une salle de musculation.

Je suis stupéfait par des jeunes qui étaient encore en 85 il y a 2 ans… D'un autre côté, tu prends des pilotes qui bossent comme des fous et qu'ils n'y arrivent pas… Je pense sincèrement qu'il y a beaucoup de pilotes qui travaillent plus que Herlings et Roczen. La vie est injuste en quelque sorte. Donc je suis plus du côté du talent.

Par exemple, tu penses que C. Pourcel a du succès seulement avec son talent ?

Non, ce n'est pas que le talent. Ça se voit tout de suite. Ils ne sont pas des bêtes athlétiques ! Il est très fluide, il ne dépense pas d'énergie et, comme Marvin, ils font tout le temps le bon geste technique au bon moment pour ne pas forcer. Les jeunes de 15 ans n'ont pas eu la possibilité de travailler à mort physiquement, due à leur jeune âge. C'est marrant que tu dises que leur succès n'est pas dû au talent…

Le talent est important mais ne fait pas tout. Si c'était que le talent, un mec comme Windham aurait plus de titres que Carmichael…

Tu sais quoi ? Il y a aussi le cerveau. Il ne faut pas que le mec se "chie" aussi. Regarde JMB, tout le monde le haïssait aux US, et lui se nourrissait de ça. Ca lui donner une motivation supplémentaire. Je comprends car je suis un peu comme ça. Quand quelque chose est difficile, je suis du style à dire, ne vous inquiétez pas, j'y arriverai. Ça, c'est le cerveau ! Windham est magnifique à voir rouler, mais n'a pas le truc qu'a le vainqueur. C. Pourcel est comme ça par exemple, il est incroyable. Il a le talent, la technique, le timing, et le cerveau d'un gagnant . Je vois tous les pilotes passer dans mon bureau, et je vois bien ceux qui sont forts mentalement. Prends Stéphane Peterhansel (multiple vainqueur du Paris-Dakar et Champion du monde d'Enduro) que je connais bien. Il ne s'entrainait pas énormément, mais le mec avait le moyen de faire de l'intox sur les autres, et il les lessivait avant le départ en disant 2-3 phrases un peu toxiques. C'était le pilote qui déstabilisait le plus ses concurrents en Afrique. Ça, c'est le cerveau et le mental. Je t'assure que le Champion qui vient dans mon bureau, je peux te le dire de suite ! Je les ai vu tout jeune, et j'ai vu leur progression.

 


28/12/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres