Jimmy Milachon

Jimmy Milachon

La N°2 mondiale Perrine Devahive, de la gym au vélo trial...

REPORTAGE DE TRIBALZINE.COM


 

PNG - 367.6 koLe trial se conjugue au féminin, et l’on a un peu trop tendance à l’oublier. C’est vrai que l’on ne voit pas beaucoup de filles sur les zones, elles ne sont qu’une poignée à évoluer sur le circuit UCI, mais chaque année elles élèvent un peu plus le niveau du trial féminin, qui devient de plus en plus technique et de plus en plus puissant.

Nous avons décidé en cette fin de semaine de mettre le focus sur l’une de ces meilleurs représentantes, la jeune Belge Perrine Devahive, qui commence à taquiner les Tatiana Janickova, Gemma Abant et autre Janine Jungfels. Cette saison, elle a - on peut le dire - explosé le niveau : elle a pris le contrôle total de la scène belge et a fait une belle progression sur le scène internationale, se hissant ainsi au deuxième rang du classement mondial UCI.

JPEG - 95.8 koCette belle trialiste de 19 ans, qui nous a envoyé il y a quelques jours une vidéo training très impressionnante, se présente et nous raconte comment elle vit sa passion... Et l’on espère bien que ce beau parcours va inspirer d’autres jeunes filles et les amener sur les zones et pourquoi pas vers le haut niveau ! Crédit-photos : Mathias Lambrecht / WorldCupAnvers - Dave Macleod / Gameplan Media - Marco Patrizi / TribalZine - Antoine Prouteau / Tribal Zine)

Tribal Interview

Salut Perrine, peux-tu tout d’abord te présenter, d’où tu viens, et comment tu es venu au trial et à la compétition, un sport qui on peut le dire est quand même - malheureusement - très masculin !

J’ai 19 ans, j’habite dans la région de Liège en Belgique. Je suis en première année de kinésithérapie à l’Université de Liège. J’ai commencé le vélo trial il y a moins de 5 ans (c’est malheureusement assez tard) après avoir assisté à une démo de Thierry Klinkenberg...

Tu viens de la gymnastique que tu as pratiqué aussi en compétition ? Perrine, c’est un peu un prénom qui te prédestinait au trial ;-) la pierre...

Je pratiquais la gymnastique depuis 7 ans, niveau compétition régionale, et un jour une démo de Thierry m’a donné envie d’essayer le trial... J’ai tout de suite accroché ! Oui, il paraît que mon prénom signifie « petite pierre » ah aah... C’est amusant, mais je ne l’ai appris que récemment. Ce nom me prédestinait sûrement au trial, en effet ;)

JPEG - 396.9 koTu as déjà un beau palmarès, tu peux nous le détailler ?

Alors voici mon palmarès :

En 2010 :
- 1ère au Championnat de Belgique à Malmedy.
- 9ème au championnat d’Europe à Melsungen, Allemagne.
- 7ème à la manche belge de Coupe du Monde à Anvers.

En 2011 :
- 1ère au Championnat de Belgique.
- 8ème au Championnat d’Europe à Biella, Italie.
- Participation aux 5 manches de la Coupe du Monde avec une 5ème place à Val d’Isère comme meilleur résultat.
- 7ème au ranking UCI mondial féminin.

En 2012 :
- 7ème au Championnat d’Europe.
- Je n’ai pas participé au championnat de Belgique car je m’étais blessée le jour précédent
- Participation aux 5 manches de la Coupe du Monde.
- Sélection pour la première fois pour le Championnat du Monde en Autriche, où j’ai décroché la 8ème place.
- 7ème au ranking UCI mondial féminin.

En 2013 :
- 6ème au championnat d’Europe à Berne, Suisse.
- Je suis actuellement 2ème au ranking UCI mondial féminin.
- 1ère au Championnat de Belgique.
- 5ème au championnat du monde à Pietermaritzburg, Afrique du Sud.
- Participation à toutes les manches de coupe du monde avec, comme meilleur classement, une 5ème place à Anvers.

Tu fais partie de quel club ? Avec qui et où t’entraînes-tu, qui sont les gens qui t’entourent et te soutiennent ? Tes parents sont très présents à tes côtés bien sûr, il y a le team ILBTFG, et puis last but not least ton coach attitré est Thierry Klinkenberg, qui fait un gros travail avec toi depuis des années ? On t’a vu sur le stage de Buthiers cet été, il est toujours très présent à tes côtés ?

Je fais partie du club de Bilstain (bien connu pour l’organisation de manches du championnat mondial de moto trial). Thierry Klinkenberg est mon entraineur depuis mes débuts. Il m’a toujours poussée et il a toujours cru en moi, c’est essentiellement lui qui m’a permis de progresser aussi vite…

Quelques entrainements nationaux regroupant les meilleurs pilotes belges sont organisés au cours de l’année mais l’encadrement en Belgique n’est pas optimal ; il faut donc souvent s’entrainer seule, ce qui n’est pas toujours évident. Depuis l’année dernière, un très beau terrain de trial a été aménagé à quelques kilomètres de chez moi, cela m’aide beaucoup. Malheureusement, l’hiver et la météo belge m’empêche souvent de m’entrainer, quand je rentre des cours il fait déjà noir et je n’ai malheureusement pas encore de salle pour m’entrainer cet hiver.

Depuis mes débuts, j’ai eu la chance de toujours avoir été soutenue par le sélectionneur national Ronny Belaey. Il a toujours cru en moi et défendu mes sélections aux Championnats d’Europe et du Monde.

JPEG - 651.1 ko

Mes parents me soutiennent également beaucoup autant du point de vue financier (pour le matériel, les entrainements, les voyages, etc…) et logistique (déplacements, etc…). Le team I Love Trial Bike For Girls dont je fais partie avec Charlotte Coen nous permet de promouvoir un peu le trial féminin en Belge.

A partir de cette année 2014, j’ai la grande chance d’être intégrée dans le Team VTT Mérida Wallonie (première et seule trialiste à en faire partie) qui regroupe tous les meilleurs VTTistes wallons. Ce team mis en place par la Fédération Cycliste Wallonie Bruxelles va me permettre de bénéficier d’un soutien financier et des avantages d’une structure semi professionnelle.

Comment as tu préparé cette saison, tu as changé beaucoup de choses dans ta façon de travailler ?

L’année passée j’ai pris une espèce d’année sabbatique en suivant des cours d’éducation physique en élève libre ; ce qui m’a permis de dégager beaucoup de temps pour le trial avec les résultats que vous connaissez à la clé.

JPEG - 97.9 koCar tu as fait en une année une progression spectaculaire qui t’as permis de faire saison 2013 remarquable, de suivre le rythme imposé par les top pilotes et notamment bien sûr Tatiana Jacnickova. Tu t’es hissé au 2ème rang mondial, grâce tout d’abord à de belles performances internationales, an dernier tu étais un peu en retrait, en fin de peloton, cette année tu t’es rapproché du groupe de tête, les zones sortent... le mondial sud-africain,ton objectif était le top 5, contrat rempli... et puis sur la scène nationale, tu as tout gagné : le championnat, la coupe... Un grand bravo, ce doit être une grosse satisfaction pour toi ?

Oui, j’ai pu atteindre le deuxième rang au ranking UCI grâce à mes bons résultats sur toutes les manches de la coupe du monde et grâce au dynamisme des organisateurs des compétitions belges, qui ont réussi à inscrire 4 manches en C1. En 2013, j’ai effectivement gagné le championnat ainsi que la coupe de Belgique.

En Afrique du Sud, je termine à la 5ème place ; même si ma course était loin d’être parfaite, ma place était à la hauteur de mes espoirs : objectif atteint. C’était en effet une très belle expérience et un très beau voyage à l’autre bout de la planète.

Quelques mots sur ta Coupe du Monde ? Tu as fini par une belle 5ème place à Anvers et au général. Les autres manches ont plus difficiles pour toi, notamment les manches françaises... Quelles ont été pour toi les "best world cup" ? Et les pires ?

Mon sentiment général sur les coupes du monde 2013 est un peu mitigé : mon manque de régularité et d’expérience (trop de « bêtes » 5) ne m’a permis d’accrocher un podium qui était un de mes objectifs de l’année. J’ai encore beaucoup de travail à fournir, surtout sur mon mental.

Les manches belges et françaises étaient très organisées, un vrai régal au niveau ambiance, qualité de la conception et du traçage des zones et tout cela dans des paysages superbes. Les manches polonaises et allemandes ne m’ont pas plu : outre une météo détestable, les zones naturelles dans les talus ou dans la boue ne sont vraiment ma tasse de thé.

Cependant, c’est toujours un plaisir de participer aux manches de coupes du monde, de pouvoir s’inspirer des meilleurs pilotes mondiaux masculins. L’entente entre les pilotes est très bonne et c’est vraiment sympa de se retrouver sur de tel évènements.

JPEG - 359.3 ko

JPEG - 101.9 koTu as franchi un cap cette saison ! Mais devant les Tatiana Janickova, Gemma Abant, J9 imposent un rythme d’enfer au trial féminin, élève chaque année un peu plus le niveau et c’est formidable pour la discipline ! Quel regard porte tu sur leur perfs’, qu’est ce qu’il te manque pour aller les chercher ?

Le niveau du trial féminin est effectivement en constante progression depuis quelques années ; Tatiana est particulièrement impressionnante ; ses points forts sont sa maitrise technique mais aussi sa régularité et la force de son mental. Gemma reste une valeur sûre du trial avec une expérience et une sûreté inégalable ; J9 est elle sans aucun doute la plus spectaculaire et la plus puissante d’entre nous sur les gros mouvements.

J’espère accrocher le wagon des meilleures en 2014 en m’appuyant sur mes points forts que sont les transferts roues arrières, les latéraux, les statiques et en travaillant particulièrement cet hiver mes transferts roues avant et marches, points sur lesquels sur lesquels j’ai encore une belle marge de progression.

JPEG - 483.2 ko

Cette vidéo training dans les Pays-Bas en Zélande est très très impressionnante, montre bien à quel point ton niveau technique s’est élevé, on le voit sur de gros gestes comme les statiques, tapés roue arrière, etc... Sympa ce petit spot format UCI en bord de mer !

La Zélande est depuis toujours notre destination familiale de vacances au début du mois de novembre ; l’année passée, j’ai découvert ce spot plutôt sympa. Il s’agit en fait d’une « cathédrale maritime » dont des pierres déposées sur le sol symbolisent la structure. Cet endroit me semblait idéal pour tourner ma dernière vidéo (avec ma maman derrière la caméra).

JPEG - 468.8 ko2014, quels sont tes objectifs sportifs, ambitions pour prochaine saison, comment tu vas t’y préparer ?

En 2014, mon objectif est bien sûr de conserver mes titres au niveau belge mais surtout d’accrocher des podiums sur les compétitions internationales et de continuer à accumuler l’expérience qui me manque encore par rapport aux meilleures.

Pour y arriver, outre mon entrainement sur le vélo, je vais mettre en place cet hiver un entraînement physique en salle plus spécifique. Je continue également à pratiquer un entraînement hebdomadaire de gymnastique sportive qui est pour moi le meilleur moyen de travailler la musculature générale, l’explosivité au niveau des jambes et surtout le gainage, très important sur un vélo !

Quels sont tes partenaires pour 2014 ? Tu as fait ta fin de saison sur le nouvel Evo 4 20", vélo qui est moins "raide" que ton précédent Sky, qui colle bien à ton pilotage, tu continues sur ce vélo ? Il y a aussi bien sûr à tes côtés Enter-Bike qui te soutient activement ? En bonus, tu as aussi quelques projets avec le réalisateur allemand d’OD Films ?

JPEG - 325 koMes partenaires pour 2014 seront comme je l’ai déjà évoqué le Team Merida Wallonie, qui m’offre un encadrement de tout premier plan ; au niveau matériel, je continue avec TMS ; j’ai été conquise par l’Evo 4 qui en plus d’un design au top correspond je pense particulièrement bien à mon pilotage. J’ai par ailleurs trouvé avec Thibault Mariaux un partenaire motivé et compétent qui me soutient et me fait confiance. La structure Enter-Bike de Kenny Belaey et de son épouse Fien m’apporte son soutien et j’espère pouvoir profiter de leurs conseils et de leur extraordinaire expérience du bike trial. Un projet de réalisation d’une vidéo avec OD Films est également au programme...

Ton regard sur le trial féminin ? Il y a finalement toujours très peu de filles sur les zones internationales, les zones tout court, en France elles ne sont qu’une petite poignée... Qu’est ce qu’il manque pour faire changer les choses ? C’est aussi un enjeu ’important pour le trial de compétition, pour pouvoir lui ouvrir les portes olympiques, car si la discipline ne se féminise pas comme le vtt ou le bmx, elle restera certainement repliée sur elle-même ! Serait-ce un sport trop exigeant physiquement pour les filles ? En comparaison, en comparaison avec la gymnastique par exemple ?

Le trial féminin reste sans aucun doute trop confidentiel : il y a trop peu de filles sur les zones nationales et internationales. Le sport est sûrement exigeant mais pas nécessairement plus que d’autres comme la gymnastique ou la natation par exemple. Cependant, le trial garde une image très masculine et n’arrive pas à attirer suffisamment les filles. Je pense malgré tout que les filles ont les qualités et les atouts pour prendre une place plus importante dans le monde du vélo trial.

JPEG - 195.6 koQuels sont les passe-temps favoris de la championne, à côté du trial ?

En ce qui me concerne, le trial et mes études de kiné me prennent déjà beaucoup de temps... Pendant mes temps libres, je fais du shopping (comme toutes les filles je pense ah aah), du sport en général et de la cuisine… J’aime passer du temps avec mes amis et faire la fête de temps en temps... avec modération bien sûr ;)

Ton avis sur ce site web, où on l’avoue on ne parle certainement pas assez des filles, mais faut ce que ca change !

Félicitations à Tribalzine pour tout ce que vous faites pour le vélo trial. Vos articles sont toujours très intéressants et vos analyses pertinentes. Bonne continuation et longue vie à Tribalzine !!!

Merci Perrine, bonne continuation, vivement la prochaine vidéo et à bientôt !

Merci beaucoup ;-) et à bientôt !



02/12/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres